Forum GB

2007-2009
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Technologies "vertes"

Aller en bas 
AuteurMessage
3ari0



Messages : 17
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 29

MessageSujet: Technologies "vertes"   Jeu 21 Jan - 20:16

Salut tout le monde, je pose un sujet à la suite de la lecture d'un article pas inintéressant.
Il porte sur la façon peu écolo dont sont produite la majeur partie des lampes basse-consommation et des éoliennes. L'article (assez long) dit que les matières premières nécessaires à leur production sont extraites dans des mines en Chine, selon des techniques très polluantes, grâce à un secteur industriel totalement possédé par la mafia.
Si je poste ce genre d'article, c'est pas pour dire qu'ils faut arrêter totalement les technologies dites "vertes", mais juste qu'il faut être conscient qu'elles ne sont pas aussi propres que ce que l'on dit. J'aimerais connaître vos avis là dessus et savoir si vous avez d'autres exemples de ce genre.

Ciao!


Votre lampe basse consommation pollue en… Chine

Les technologies vertes ont besoin de certains métaux appelés terres rares. Mais leur production dégrade l’environnement.

DE GUYUN, CHINE
L’existence de certaines de nos technologies les plus vertes, depuis les voitures électriques jusqu’aux éoliennes géantes, en passant par les lampes basse consommation, est rendue possible par un groupe de métaux peu usuels : les “terres rares”. Il n’y a qu’un problème : elles proviennent presque exclusivement de Chine et sont produites par une industrie minière qui compte parmi les plus nocives pour l’environnement et qui est dominée par des organisations criminelles. Un quasi-monopole, qui don­ne à ce pays une mainmise potentielle sur les technologies du futur et inquiète les capitales occidentales.

A Guyun, un petit village du sud-est de la Chine entouré de bosquets de bambous et de bananiers, les dégâts causés à l’environnement sont bien visibles : des cicatrices brun-rouge d’argile stérile couturent les étroites vallées et les terres desséchées de l’aval, là où s’étendaient jadis des rizières vert émeraude. Car, pour extraire ces métaux [présents sous forme d’oxydes, et souvent mélangés à d’autres minerais], les mineurs restent en surface. Ils raclent le sol, et placent dans des fosses l’argile mouchetée d’or qu’ils ont pelletée. Ce sont dans ces fosses qu’ils versent des solvants [souvent de puissants acides] pour extraire les terres rares. Ces substances chimiques finissent par s’infiltrer dans le sol jusqu’aux ruisseaux et aux rivières, détruisant les rizières et les exploitations piscicoles et polluant les réserves d’eau.

Des propriétés chimiques et magnétiques remarquables

Zeng Guohui, un ouvrier de 41 ans, nous conduit à la mine abandonnée où il travaillait autrefois et nous montre un désert de terre et de boue. Le gisement de terres rares lourdes [les plus difficiles à trouver] a été épuisé en trois ans. Mais aujourd’hui, dix ans après la fermeture de la mine, personne n’a encore pu refaire pousser du riz dans les champs situés en aval.

De petites mines où l’on extrait des terres rares lourdes comme le dysprosium et le terbium sont toujours en activité dans les collines voisines. Et “il y a tout le temps des manifestations, parce que les mines détruisent les terres arables et que les gens exigent des compensations”, explique M. Zeng. “Dans beaucoup d’endroits, l’exploitation est menée de façon inconsidérée”, confirme Wang Caifeng, présidente de la commission de surveillance de l’exploitation des terres rares au ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information de Chine. “Cela a fait beaucoup de mal à l’environnement”, poursuit-elle.




Le groupe des terres rares comporte dix-sept éléments. Certains, en dépit de l’adjectif qui les qualifie, sont assez répandus. Les réserves de deux d’entre eux, le dysprosium et le ­terbium, sont toutefois particulièrement menacées : ils sont devenus les in­grédients miracles des technologies “vertes”. De petites quantités de dysprosium permettent d’alléger de 90 % le poids des aimants contenus dans les moteurs électriques, et le terbium permet de réduire de 80 % la consommation des ampoules électriques. Une livre de dysprosium coûte aujourd’hui 53 dollars, soit presque sept fois plus qu’en 2003. Le prix du terbium, lui, a quadruplé entre 2003 et 2008, pour atteindre 407 dollars [285 euros] la livre, avant de chuter à 205 dollars la livre à cause de la crise économique mondiale.

La Chine extrait plus de 99 % du dysprosium et du terbium utilisés sur la planète. La majorité de la production provient d’environ 200 mines situées dans le nord du Guangdong et dans la province voisine, le Jiangxi. La Chine est également le premier producteur mondial de terres rares légères, précieuses pour de nombreuses industries. Les réserves de ces métaux sont un peu plus importantes, et leur extrac­tion est mieux réglementée. Mais pour le dysprosium, le terbium et d’autres terres rares lourdes, c’est une autre histoire. D’après les responsables de l’industrie, 50 % seulement des mines de terres rares lourdes ont un permis d’exploitation. Toutes les autres sont illégales. Mais même les mines légales, comme celle où travaillait M. Zeng, sont dangereuses pour l’environnement.

Selon Stephen G. Vickers, ancien chef du service d’investigations criminelles de la police de Hong Kong (et aujourd’hui directeur d’International Risk, une compagnie de sécurité qui intervient dans le monde entier), un réseau très soudé de mafias chinoises, au meurtre facile, règne sur la majeure partie du secteur minier avec la compli­cité de hauts fonctionnaires locaux.

En avril 2009, le ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information chinois a rédigé une ébauche de plan prévoyant l’arrêt de toutes les exportations de terres rares lourdes, en partie pour des raisons environnemen­tales et en partie pour obliger certains pays à acheter des produits fabriqués en Chine. L’annonce de ce plan, le 1er septembre 2009, a suscité un tollé de la part des entreprises et des gouvernements occidentaux. Le 3 septembre, Mme Wang déclarait que la Chine ne stopperait pas les exportations et réviserait son plan. Mais, quel­que temps plus tard, le ministère baissait de 12 % les quotas annuels d’expor­tation pour toutes les terres rares, procédant ainsi à la quatrième réduction draconienne en douze ans. Une des justifications est l’épuisement annoncé des gisements. Selon l’institut de recherche de Baotou, les filons de terres rares lourdes des collines de Guyun seront épuisés d’ici quinze ans. Les compagnies minières veulent développer l’activité hors de Chine, mais, à la différence de ceux que l’on trouve dans le sud de la Chine, la majorité des gisements de terres rares contiennent de l’uranium et du thorium, des éléments radioactifs qui compliquent l’extraction.

Les États-unis craignent une dépendance militaire

Le Congrès américain, lui, a réagi aux mesures prises par la Chine en ordonnant au ministère de la Défense de faire le point avant le 1er avril sur la dépendance de l’armée américaine vis-à-vis des terres rares chinoises, utilisées par exemple dans la fabrication des ­ap­pareils de vision nocturne et des télémètres [ainsi que des missiles]. Washington a d’ailleurs commandé une étude sur les solutions de substitution possibles. Les multinationales commencent aussi à se pencher sur leur dépendance à l’égard des terres rares lourdes. Toyota dit avoir acheté pour ses véhicules des pièces incluant ces métaux, mais ne pas avoir participé à l’achat des matières premières par ses fournisseurs. Osram, un grand fabriquant d’ampoules électriques appartenant à l’entreprise allemande Siemens, affirme limiter désormais l’usage de terres rares dans ses produits.

Mais les principaux consommateurs de terres rares lourdes dans les années à venir pourraient être les cons­tructeurs de grandes éoliennes, qui ont besoin d’aimants beaucoup plus légers pour les générateurs de 5 tonnes placés en haut de mâts de plus en plus hauts. Vestas, une entreprise danoise devenue le numéro un du secteur, a fait savoir que les prototypes de sa prochaine génération de machines contien­nent du dysprosium et étudie actuellement la pérennité des réserves. Goldwind, le principal fabricant chinois d’éoliennes, a remplacé les ai­mants classiques par des aimants à base de terres rares.

Certains exploitants miniers spécialisés dans les terres rares – un secteur qui pèse 1,3 milliard de dollars – soulignent la nécessité de méthodes d’extraction moins destructrices pour l’environnement au regard de l’importance de leurs produits pour les technologies vertes. Certains espèrent ouvrir des mines au Canada, en Afrique du Sud et en Australie, mais il faudra plusieurs années avant que leur rendement soit suffisant et elles produiront beaucoup de terres rares légères. Les terres rares lourdes qu’elles extrairont serviront sans doute à ­satisfaire la demande croissante des fabricants d’éoliennes, qui se les arracheront.

The New York Times
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satan'iste



Messages : 25
Date d'inscription : 07/11/2009

MessageSujet: Re: Technologies "vertes"   Jeu 21 Jan - 20:47

Courrier international?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RimK



Messages : 54
Date d'inscription : 06/11/2009
Age : 29
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Re: Technologies "vertes"   Lun 8 Fév - 21:06

Yep!

Mario t'as totalement raison! Les technologies développées aujourd'hui censées diminuer nos émissions de GES en produisent énormément pendant leurs fabrications. Mais que faire? Pour moi ce n'est pas une raison pour arrêter leur production, il faudrait améliorer les processus de fabrication. Le problème c'est pas ce qu'on fait mais la manière dont on le fait. Et c'est valable pour beaucoup de choses : fabriquer des voitures plus performantes qui consomment et polluent moins ne fait qu'augmenter l'utilisation de la voiture. Si on avait garder nos bonnes vieilles daubes qui consommaient entre 10 et 15 L au 100km, t'inquiètes que les gens iraient moins à la pompe. Tant qu'il n'y aura pas de changement des mentalités (je parle d'une bonne conscience écologique, et pas de l'argent comme seule motivation), le lobbying écologique nous emmènera dans la mauvaise direction. Si les fabricants de technologies vertes ne voulaient pas juste se faire des tunes en profitant d'un marché en pleine expansion, il n'y aurai pas de problèmes : on SAIT produire sans polluer outre mesures.

A ce sujet, une vidéo d'une fille de 14 ans qui rabat le caquet à tout le monde au sommet de l'ONU.

http://www.wikio.fr/video/296811

A VOIR ABSOLUMENT !!


En plus, certaines de ces technologies vertes ne sont pas là pour durer. Les lampes basse consommation seront remplacer par la technologie LED; les éoliennes semblent poser des problèmes de stabilité du réseau électrique, les allemands semblent en revenir, vu qu'ils en ont installé pas mal. Il s'intéresseraient maintenant au nucléaire. Sources à vérifier. Il faut dire que les programmes de recherches sur le nucléaire promettent des solutions plutôt alléchantes. Entre 4ème génération et ITER, y'aurait de quoi faire.

'lut
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Low.one
Admin


Messages : 51
Date d'inscription : 18/09/2009
Age : 30
Localisation : Grenoble

MessageSujet: Re: Technologies "vertes"   Mar 9 Fév - 1:09

La grande classe.
Dommage que ce soit passé en 92 et je pense que pas grand monde a retenu la leçon.

Ouaip. Chez wouam, y'a que des lampes basses consommation. Parfois, je ne sais plus quoi faire et je me sens con de suivre tout ce qu'on me dit. Dernièrement, on a cassé une de ces lampes. L'ADEME dit qu'une fois cassée, autant la jeter dans les ordures ménagères. Paraitrait qu'on a pollué 3000 à 5000 m3 d'air avec du mercure. Si on était à l'air libre. Nous, on est dans un 30 m2, ce qui fait 70 m3. Alors, est ce que, finalement, j'ai réduit mon impact ou alors j'ai encore plus pollué ? L'impact global. Parfois j'ai l'impression que ceux qui se permettent de nous parler d'environnement omettent d'intégrer dans leur équation savantes le bilan total (sans, bien sûr, oublier le coté financier). Et autre chose, nous, petit consommateur, sommes nous tous prêts, lorsque l'incandescent sera interdit, à mener nos ampoules ailleurs que dans nos poubelles normales ? (et la petite vieille dans la campagne, elle ramène ses ampoules) Qui communique là dessus ?

Chez wouam, en journée, il fait 16-17°C (c'est là que je bosse), et le soir et le matin, on se permet de monter parfois jusqu'à 18-19°C pendant une heure. C'est bon pour la facture, c'est bon pour la planète. On est d'accord. Mais parfois je me promène (si, ça arrive) et parfois, je tombe sur une rue piétonne, pof (statistiquement, si) et je vois de magnifiques boutiques avec des vitrines (pas de double vitrage) bourrées d'éclairages et là, hop, une entrée aguicheuse, donc une entrée sans porte, un peu comme une ouverture dans le verre. Et au dessus de cette ouverture, un genre de chauffage qui souffle à fond pour maintenir une température d'environ 22°C (par 3° dehors par exemple) à l'intérieur. Mais l'air, il faut bien que ça sorte. Alors, est ce que le bilan de la journée entre les 70 gentils toutous qui sont entrés la dedans et qui ne chauffent pas trop, et entre ce magasin de merde est positif ou pas ? Mais bon, je crois que je rentre dans un autre débat.

Sinon, pour en revenir au sujet, j'ai l'impression que par vert, on entend "chez nous". Parce que, feu sa mère la con la taxe carbone, c'est chaque pays chacun pour sa peau. On produit ailleurs, on consomme ici, chez nous c'est propre, chez la bas, en étrangie, c'est tout caca et c'est ça faute à eux-même-qui-z'avaient-qu'à-faire-gaffe. Et en plus ils polluent notre planète, Ze veux être remboursé de ma planète. Ouin.

Je pense, en toute personnellementude, que l'environnement, il nous est arrivé très vite sur le coin de la gueule. Alors, on sourit, on dit qu'on est content, qu'on est des gentils. Mais au fond, la métamorphose de l'esprit humain ne s'est pas faite. Et au bout, il y a l'économie. On se met à brandir l'environnement comme un nouveau jouet et t'as pas intérêt à dire que la lampe basse conso ça pollue espèce de sale anti-ma-planète, "c'est plus cher" sale égoïste, pense à notre avenir, va crever avec un cancer de la cigarette tout seul (mais la fume pas dehors, tu pollue ma planète). C'est un peu comme si l'environnement allait plus vite, et que nous, pauvre petit humain arriéré, on essayait de prendre un raccourci (avec un 4x4 dans la forêt pour lui passer devant) avec notre technologie pas si évolué (un peu basé sur le feu, comme les voitures, les centrales nucléaires, la lumière, les fusées, tout ça c'est juste de l'explosion maitrisée, et on a pas fait mieux depuis les peaux de bêtes). Enfin, comme dab', je sais pas trop où je me suis embarqué.
Moi j'aurais tendance à dire que je préfère les LED, mais si ça se trouve, c'est fait avec de la kryptonite qui vient de Sibérie. On aurais dû en rester aux cavernes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RimK



Messages : 54
Date d'inscription : 06/11/2009
Age : 29
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Re: Technologies "vertes"   Mar 9 Fév - 21:59

Ouai les mentalités ça change pas facilement, mais j'espère qu'on y viendra! Putain monde de merde (Oh! Shocked Shocked Shocked ).

Pareil, chez wam dans ma petite piole de 9 m², je possède 2 barres de radiateur, forcément placées juste sous la fenêtre comme on sait si bien le faire, alors que dans les autres pioles (c'est à dire autre qu'au 4eme étage où je suis), une seule barre de radiateur. Résultat : la chaleur de tous les apart' en dessous monte chez wam, et avec mes 2 barres de radiateur, 27° en plein hiver!! Oui oui! Ah j'oubliais, radiateur inréglable, toutes les pinces du monde et les meilleures volontées n'y ont rien fait. Du coup je dors la fenêtre ouverte.... Après consultation, le bâtiment devrait être refait l'an prochain.

Le problème c'est qu'on a un énorme chemin à faire (mentalité et travaux), un encore plus énorme retard sur l'environnement comme tu dis qui s'amusera pas à nous donner des délais tellement il est gentil et tellement il nous voit dans la merde. Y'a des fois j'suis bien blasé de la nature humaine. Ce serait pourtant si simple....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Playmobil



Messages : 14
Date d'inscription : 07/11/2009

MessageSujet: Re: Technologies "vertes"   Jeu 11 Fév - 3:55

Je n'ai vraiment pas le temps de tout lire et de vous répondre...
Tout simplement magnifique la vidéo Karim, comme quoi même à 12 ans on peut donner des leçons et comprendre plein de choses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Satan'iste



Messages : 25
Date d'inscription : 07/11/2009

MessageSujet: Re: Technologies "vertes"   Ven 12 Fév - 0:26

Rien que refaire l'isolation de la plupart des anciennes maisons, et s'arranger pour que l'isolation de tout ce qui est construit est de bonne qualité, ca ferait déjà des économies d'énergie du tonnerre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
RimK



Messages : 54
Date d'inscription : 06/11/2009
Age : 29
Localisation : Poitiers

MessageSujet: Re: Technologies "vertes"   Ven 12 Fév - 16:18

C'est net! Un petit calcul vite fait : le bâtiment c'est environ 45% des consos en france, dont 40% pour le chauffage et la clim. L'isolation c'est potentiellement 20% d'économies!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Technologies "vertes"   

Revenir en haut Aller en bas
 
Technologies "vertes"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vers l'implantation du "666" : les technologies et les symboles !
» Etes-vous aussi "laxophobes" (diarrhée)?
» Vidéo documentaire "Galaxies"
» "Philou" Marre de ces plaques rouges!!!!
» Le "salam" entre homme et femme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum GB :: Refaire le monde :: Refaire le monde-
Sauter vers: